Les Elections Presidentielles pour des Français d’origine Libanaise

29Feb12

La dixième élection présidentielle de la Ve République, neuvième élection au suffrage universel direct, doit permettre d’élire le président de la République française pour un mandat de cinq ans. Elle se tiendra les 22 avril et 6 mai 2012.

Pour les milliers de Francais d’origine Libanaise, qui sont admissible de voter a ses elections, sont presenter avec plusieurs candidats au présidentielles. Aujourd’hui nous présentons un entretiens avec, Ministre de l’Éducation nationale sous trois gouvernements différents de droite, député des Pyrénées-Atlantiques depuis 1986, ancien député européen et conseiller du président du Parlement européen, deux fois président du conseil général des Pyrénées-Atlantiques, conseiller municipal de Pau, président des partis Centre des démocrates sociaux(CDS), Force démocrate, l’Union pour la démocratie française (UDF) et du Mouvement démocrate (Modem) qu’il a fondé, monsieur Francois Bayrou.

Comment appréciez-vous le lien entre le Liban et la France?

Tout d’abord, pour ce qui concerne le Liban, je dois vous dire que jai un attachement tout particulier et un lien très personnel avec le Liban et ceci pour toute sorte de raisons y compris familiale, puisque lune de mes filles est mariée à un Français dorigine libanaise. Jai déjà eu loccasion de visiter le Liban à plusieurs reprises, c’est un pays que je connais bien et que jaime.

La France a un lien indissoluble avec le Liban; un lien impossible à oublier, impossible à éluder.

Sans la France, le Liban n’existerait pas. C’est la France qui a pris la responsabilité historique de donner une chance à lindépendance libanaise. C’est la France qui, plus dun siècle auparavant, avait protégé le Mont-Liban pour en faire une province autonome de lempire ottoman. Et c’est la France qui a servi de garant à cette idée historique de faire une communauté nationale dun peuple divisé entre tant de communautés, liées par un contrat complexe. Cette fidélité a été lourde de conséquences pour notre pays. Dois-je le rappeler, la France a vu son ambassadeur, Louis Delamarre, assassiné le 4 septembre 1981, parce quelle voulait quon sorte de la guerre civile. Dois-je le rappeler, la France, le 23 octobre 1983, a payé le lourd tri-but de 58 hommes dans lattentat du Drakkar? Il y a encore bien dautres raisons à ce lien indissoluble de la France avec le Liban, pour qui la langue française est une seconde patrie. C’est pourquoi pour la France, la guerre de lété 2006 a été demblée vécue comme une épreuve. Jai pour lessentiel apprécié léquilibre de la ligne fixée par le président de la République et jai soutenu cette ligne dès les premiers jours où elle sest exprimée.

Face à la crise que traverse le Liban, quelle doit être la politique de la France?

Aujourdhui, des interventions extérieures continuent à venir déstabiliser le pays. Il faut une pleine application des résolutions des Nations unies obli-geant au désarmement effectif des milices et à lexercice de lautorité, sur le terrain, de larmée libanaise, comme seule autorité légitime au Liban en matière de sécurité. Ce serait un risque immense pour le Liban, pour Israël, pour la paix, quune faction qui vise ouvertement la destruction dIsraël, sarroge la domination sur une région dun pays souverain. On voit bien la déstabilisation de la région et du Liban tout entier que cela supposerait. Le réarmement des milices, ce serait léchec assuré pour la politique nécessaire de paix et de restauration de la souveraineté dun Liban indépendant. C’est cette indépendance que nous devons soutenir, ainsi que la paix civile qui seule peut garantir lavenir du Liban. Aujourdhui, la situation du Liban est fragile. Désormais, le problème libanais ne se limite plus aux problèmes internes, mais il est le maillon dune chaîne détonante et dangereuse qui va du conflit israélo-palestinien en passant par le Liban, la Syrie et l’Iran. C’est probablement aujourdhui la région la plus fracturée dans le monde. Le Liban est une question à laquelle la France est très sensible. Je suis décidé à continuer le rôle que la France a toujours joué vis-à-vis du Liban, à savoir être son défenseur. Si je suis élu président de la République, la France mettra tous les efforts pour stabiliser la situation. Par ailleurs, il faut accentuer les efforts sur la démarche consistant à reconstruire le Liban et à inciter la communauté internationale à aider ce pays.


About these ads


Follow

Get every new post delivered to your Inbox.

Join 1,731 other followers